Dans une interview exclusive, Angelina Jolie parle de sa famille, de sa santé et raconte comment elle a su trouver le coeur d'un personnage qui est pourtant sombre comme la nuit.

Quand les gens ont appris que vous alliez interpréter Maléfique, ils ont pensé que vous seriez parfaite pour ce rôle. Est-ce pour vous un compliment ou une insulte ?

(Rires) C'est vraiment drôle lorsque les gens disent de vous que vous êtes parfaite pour jouer une méchante. Maléfique était mon personnage de dessin animé préféré lorsque j'étais une petite fille. Elle me terrifiait, mais m'attirait en même temps. Je l'adorais. Il y a eu beaucoup de discussions avant que j'obtienne le rôle et, un jour, j'ai eu un coup de téléphone de mon frère. Il m'a dit : "Il faut que ton nom apparaisse sur la liste des actrices potentielles !".

Mais elle est si cruelle.

Elle est très sombre. Comment voulez-vous faire un film sur une personne qui jette un sort à un bébé et pouvoir ensuite vous identifier à elle ? C'est la pire chose que vous pourriez faire ! Mais je pense que le scénario que Linda (Woolwerton) a écrit est beaucoup plus profond que ça. L'exercice n'était pas de savoir comment peut-on passer un bon moment en regardant un film qui a pour personnage principal une méchante sorcière, mais plutôt de comprendre ce qui peut rendre quelqu'un mauvais, ignoble, agressif et cruel. Qu'est-ce qui a pu lui arriver pour qu'elle se rende à ce moment-là au baptême ? Elle n'a pas été invitée, est-ce pour cette raison qu'elle est si énervée ?

Vous avez six enfants à la maison. Qu'ont-ils pensé de leur mère dans le rôle de cette méchante ?

Lorsque j'ai dit à mes enfants que j'allais jouer le rôle de Maléfique, ils m'ont dit : "elle est si effrayante !", alors je leur ai répondu : "laissez-moi vous raconter la vraie histoire, mais vous ne pouvez le dire à personne". Je les ai emmenés dans la chambre et leur ai racontés l'histoire du film. Et le lendemain, j'ai entendu Shiloh se disputer avec un autre enfant, défendant Maléfique. Elle lui disait : "Tu ne la comprends pas !". C'est là que je me suis dit : "Voilà pourquoi nous faisons ce film". Il y a beaucoup d'injustice dans le monde et c'est un sujet qui passionne les enfants. Ils veulent que le personnage auquel ils s'identifient se relève et se batte. Et lorsque ce personnage fait des erreurs - ce que Maléfique fait - et dépasse les bornes, vous voulez que vos enfants soient en colère et confus et, à la fin, qu'ils apprennent quelque chose qu'ils ne savaient peut être pas avant.

Qu'est-ce que cela fait d'être dans la peau de Maléfique ?

Maléfique était toujours si élégante. Elle avait toujours le contrôle. Jouer son rôle a été difficile. J'ai beaucoup travaillé sur ma voix. Elle est plus grande que moi. Elle se trouve à un niveau de performance différent de ce que j'ai pu faire jusqu'à présent. Elle est très calme. Elle est très sûre d'elle. J'ai eu beaucoup de mal avec sa voix. J'ai beaucoup travaillé sur son accent britannique, tentant de rendre ma voix plus sombre et plus effrayante. Un jour, alors que je baignais mes enfants, je leur ai raconté d'autres histoires de Maléfique. Ils ne faisaient pas vraiment attention à moi... jusqu'à ce que je commence à m'amuser avec cette voix chantante. Elle est devenue très, très sombre, mais elle avait encore ces couleurs. Mes enfants ont éclaté de rire. C'est comme ça que je répétais mes scènes. Je l'ai fait jusqu'à ce que mes enfants finissent par simplement sourire. C'est devenu réellement amusant. C'est en fait assez libérateur pour un artiste de faire quelque chose d'aussi fou.

Dans la version originale, Maléfique jette un sort à la Princesse Aurore, prédisant qu'elle se piquera le doigt au fuseau d'un rouet et mourra. Mais dans cette nouvelle version, elle prédit qu'elle se piquera le doigt et tombera dans un sommeil semblable à la mort. Pourquoi ce changement ?

En fait, c'est plus diabolique. C'est difficile à expliquer. Dans la version originale, il y a cette bonne fée qui parvient à déjouer le sort en permettant à la Princesse Aurore de se réveiller par un vrai baiser d'amour. Dans notre version, c'est différent. Ils m'ont donné cette réplique parce que Maléfique trouve que l'amour est ridicule et absurde... Donc dans cette scène, c'est en quelque sorte une malédiction supplémentaire. Elle est très en colère. Elle a un coeur très noir lorsqu'il s'agit du vrai amour.

Elle Fanning interprète la version adolesente de Aurore. Vous avez toutes les deux cette apparence exotique - seulement elle semble impalpable et légère, alors que vous projetez sur elle cette intimidante férocité.

Je prends cela comme un compliment. Je trouve qu'elle est magique. Vous ne pouvez pas décrocher vos yeux d'elle lorsqu'elle apparaît à l'écran. J'aime à penser que je suis quelqu'un de calme et doux. J'ai tendance à être très enjouée à la maison avec mes enfants, mais dans la vie... nous devons perpétuellement nous battre. Nous battre pour notre travail, pour nos opinions politiques, pour notre vie personnelle et nous sommes concentrés sur ça. Donc j'ai tendance à être assez secrète - ce n'est pas du tout une façon de me montrer grossière, c'est juste que je fais mon chemin dans la vie. En dehors de chez moi, je suis assez sérieuse. La première fois que j'ai rencontré Elle, elle a couru dans le couloir avant de me sauter dessus et m'embrasser. Par la suite, nous avons beaucoup plaisanté à ce sujet car c'était comme se faire attaquer par plusieurs petits lapins.

Et comment avez-vous réagi ?

Je suis restée figée. Personne ne m'a jamais vu comme elle. Elle me voit comme une mère, une amie, une femme. Elle est pleine d'amour, de bonheur, de gentillesse et de douceur, et lorsque j'avais son âge, j'étais tout son contraire. J'étais assez sombre à cet âge.

Votre fille Vivienne joue la version bambin de Aurore. Comment est-ce arrivé ?

Nous pensons que c'est amusant pour nos enfants de jouer les figurants et de nous rejoindre sur les plateaux de cinéma, mais pas de devenir acteurs. Ce n'est pas du tout notre objectif à Brad et moi. Je pense que nous préférerions qu'ils ne deviennent pas acteurs. Mais Vivienne avait 4 ans à ce moment-là et les autres enfants de 3 ou 4 ans ne voulaient pas m'approcher. Les grands me trouvaient cool, mais les petits avaient peur. Donc afin d'avoir un enfant qui veuille jouer avec Maléfique... il fallait que ce soit un enfant qui m'apprécie et qui ne soit pas effrayé par mes cornes, mes yeux et mes griffes. Cela ne pouvait être que Vivienne.

Comment était-ce de faire peur à ces enfants ? Était-ce marrant ?

J'ai une amie qui est venue sur le tournage avec ses enfants et lorsque je les ai rencontrés, ils ont eu si peur et ont tellement hurlé que j'ai du aller dans ma caravane et attendre. Lorsque mon fils Pax m'a vu pour la première fois, il s'est enfui et était très perturbé - je pensais qu'il blaguait, alors j'ai fait semblant de le pourchasser jusqu'à ce que je comprenne qu'il avait vraiment très peur et qu'il pleurait. J'ai du retirer mon maquillage devant lui pour lui montrer que tout était faux et qu'il n'avait pas à avoir aussi peur.

Je me demande ce que le film dit à propos du sexisme. Vous savez, ce double principe : "si un homme est mauvais, c'est un dur à cuire ; si une femme est mauvaise, c'est une garce". Est-ce une partie de l'histoire de Maléfique ? Est-ce que c'est quelque chose qui vous touche ?

Je ne vois pas les choses de cette façon, mais je pense que le gens peuvent parfois trop vite interpréter certaines choses. Je pense qu'il y a quelque chose en moi qui... j'aimerais être aussi douce que je le suis lorsque je suis à la maison avec mes enfants. J'aimerais ne pas être remise en cause au point de devenir trop dure. J'aimerais ne pas être mise dans des situations où je pourrais devenir menaçante et méchante. Ma mère était très douce et féminine et je remarquais toujours lorsque que quelque chose n'allait pas ou lorsqu'elle se disputait avec mon père. Elle pensait constamment qu'elle devait se montrer plus dure dans la vie et je n'ai pas arrêté de lui dire que je ne voulais pas qu'elle fasse ça. C'était vraiment important qu'elle reste gentille, douce et ouverte parce que c'est une chose horrible que de voir le monde vous endurcir.

Il semble que la vie vous a pourtant endurcie pendant un certain temps. Vous avez dit tout à l'heure que lorsque vous étiez jeune, vous étiez plus sombre, plus introvertie.

Oui je me suis endurcie. Beaucoup endurcie.

Qu'est-ce qui vous a changé ?

En vieillissant ? Eh bien, j'ai commencé à voyager, à voir au-delà de moi-même et je me suis aperçue que, dans le monde, certaines personnes doivent lutter pour vivre.

C'est ce que vous avez dit lors de votre discours à la récente cérémonie des Governors Awards, lorsque vous avez reçu le prix humanitaire Jean Hersholt.

Ca - et le fait d'avoir des enfants. Lorsque vous devenez mère, en un instant, votre vie n'est plus pour vous. Votre vie est complètement, à 100%, dédié à un autre être humain qui passera toujours en premier. Cela vous change pour toujours. Je suis découragée par beaucoup de choses, mais ce matin, je me suis levée pour mes enfants - nous parlons, nous rions, nous jouons et je suis à nouveau légère, affectueuse et douce, je suis à nouveau une enfant, car c'est ce qu'ils ont apporté dans ma vie.

Est-ce que Maléfique aime être méchante et sombre ?

Je pense que vous en arrivez à un point où vous pensez : "s'il vous plait, laissez-moi, laissez-moi tranquille". Puis vous passez par une période - que nous avons tous connu - où vous vous sentez blessé, jugé et attaqué. Et enfin, il y a ce moment : "bien, si vous pensez que je suis mauvaise, alors je vais être mauvaise et vous allez voir ce que c'est que d'être mauvais".

Il y a une partie de notre société qui aime la haine - qui aime rendre les gens mauvais.

Cela me rappelle des souvenirs : la façon dont les personnes se comportaient au lycée. Lorsque nous grandissons et réalisons que nous sommes tous humains, semblables, individualistes, il n'y a pas de temps pour ça, vous comprenez ? Il y a une vraie haine dans le monde. De la vraie violence et de la vraie inhumanité. Je pars pour le Liban demain - à la frontière syrienne - et lorsque vous voyez cette souffrance, que vous vous rendez compte qu'elle existe réellement, il n'y a pas de place pour des jugements insignifiants ou de la haine. Parce qu'il y a déjà assez de cruauté et de laideur dans le monde. Nous devons réellement essayer de nous protéger et d'être meilleurs les uns avec les autres.

Parlons maintenant de quelque chose de très honorable que vous avez fait. Il y a exactement un an, vous étiez en train de subir une double mastectomie après que des tests aient dévoilé que vous étiez génétiquement susceptible de développer un cancer du sein. Tout d'abord, comment allez-vous aujourd'hui ?

Je vais très bien... Je suis très heureuse d'avoir prise cette décision. J'ai eu beaucoup de chance d'avoir de brillants médecins à mes côtés et très, très chanceuse d'aussi bien récupérer et d'avoir un projet comme 'Unbroken' pour rester concentrée et me remettre rapidement au travail.

Vous auriez pu garder votre décision pour vous. Mais vous avez écrit cette tribune dans le New York Times encourageant les autres femmes à se faire dépister. Quel genre de réaction avez-vous reçu suite à ça ?

Je me sens très, très proche - beaucoup plus proche - des autres femmes, des femmes qui traversent la même chose. Où que j'aille, je rencontre en général des femmes avec qui je discute de problèmes de santé, du cancer du sein ou des ovaires. Je discute aussi avec des hommes au sujet de la santé de leurs filles et de leurs femmes. Cela me permet de me sentir plus proche de ces personnes qui sont confrontées aux mêmes problèmes, qui ont parfois déjà perdu un proche, qui envisagent d'avoir recours à une opération ou qui s'inquiètent pour leurs enfants. J'ai écrit cet article pour m'exprimer à propos de la chirurgie préventive et essayer d'aider les femmes et familles qui doivent passer par cette étape. J'ai été très, très touchée par le soutien et la gentillesse de toutes ces personnes.

Cela vous gêne de parler de tout ça, n'est-ce pas ?

(Sourire) Oui, un petit peu.

J'imagine que vous devez recevoir beaucoup de lettres de soutien.

Oui et c'est adorable.

Est-ce que toutes ces réactions ont pu vous aider personnellement ?

Il y a une autre opération chirurgicale que je n'ai pas encore subie. (Angelina Jolie est également génétiquement susceptible de développer un cancer des ovaires, ce qui a couté la vie de sa mère à l'âge de 56 ans). Je vais prendre conseil auprès de toutes ces formidables personnes avec qui j'ai pu discuter afin d'affronter cette nouvelle étape .

Je trouve vraiment cool cette façon que vous avez eu de partager votre histoire. Beau travail (fist bump : tape amicale poing contre poing).

(Rires) Merci.

Vous avez depuis réalisé 'Unbroken' - l'histoire de Louis Zamperini, un coureur olympique, ancien combattant durant la Seconde guerre mondiale. Son avion s'écrase dans l'Océan Pacifique. Il parvient à survivre en mer, avant d'être fait prisonnier de guerre par l'armée japonaise. L'histoire est inspirante et presque incroyable, mais pourtant bien réelle.

Je suis attirée par les battants. Et par la force d'esprit. Je ne pourrais pas comprendre que quelqu'un puisse rester indifférent à l'histoire de cet homme. Il y a tellement de personnes différentes qui ont pu tirer quelque chose de cette histoire, que ce soit la foi, le pardon, la détermination, la force phsique ou l'héroïsme pur ; cela peut aussi aider un jeune en difficulté qui se demande s'il vaut ou non quelque chose, vous voyez ?

Les deux films que vous avez réalisé, 'Unbroken' et 'Au Pays du Sang et du Miel', sont très lourds.

Je suis d'accord. Les films que j'ai réalisé sont des histoires vraies ou sont basés sur des faits historiques et vous avez donc une certaine responsabilité - vous devez être très prudent sur la façon dont vous racontez les choses. Cela pourrait être amusant un jour de réaliser quelque chose où je n'aurais pas à être aussi prudente. Je peux être très... téméraire, sauvage, irrévencieuse et sombre.

C'est bien de savoir que vous avez toujours ce côté de votre personnalité.

Je sais.

Par Anthony Breznican