BUDAPEST, Hongrie – Angelina Jolie n’est pas étrangère aux médisances, mais elle a pour habitude d’ignorer les rumeurs les plus folles et les plus mensongères.

Dans une interview exclusive, elle a tenu à éclaircir les choses, en déclarant que les horribles accusations portées à l’encontre du film qu’elle a écrit et qu’elle dirige actuellement en Europe de l’est sont clairement fausses et qu’elle tenait à dépeindre le conflit de la guerre de 1992-1995 de la manière la plus respectueuse qui soit.

"C’est très simple", a-t-elle confié lors d’une pause dans le tournage. "Une horrible rumeur a voulu faire croire que le film aborderait une relation ayant commencé par de la torture et un viol… ce qui est faux".

La rumeur s’est très vite répandue à travers la Bosnie, scandalisant une association de femmes victimes de la guerre de 1992-1995 et amenant les autorités bosniaques à retirer le permis l’autorisant à filmer une partie du film dans le pays.

Lundi, le ministre de la culture, Gavrilo Grahovac, a changé d’avis et a décidé de réaccorder le permis à Angelina Jolie, après que le producteur exécutif de son film, Edin Sarkic, lui ait montré le script, prouvant de la même manière que les rumeurs étaient totalement fausses.

Plus de 100 000 personnes sont décédées dans la guerre de 1992 ayant opposé des groupes ethniques de l’ex-Yougoslavie lors de la chute du communisme. Des soldats serbes ont violé des dizaines de milliers de femmes serbes, d’origine musulmane, conduisant à des procès pour crime de guerre. Ces blessures restent douloureuses aujourd’hui.

Angelina Jolie, qui collabore depuis maintenant 9 ans avec les Nations Unies en tant qu’ambassadrice de bonne volonté, a précisé qu’elle ne voulait pas éluder les terribles détails de ce conflit. Pour autant, elle ne veut pas en faire un récit fantaisiste et les critiques qui déclarent le contraire sont très mal informées.

Elle a confirmé la romance entre un jeune serbe (interprété par Goran Kostic) et une bosnienne d’origine musulmane (interprétée par Zana Marjanovic). "Ils se rencontrent dans un club, avant la guerre, nous avons d’ailleurs tourné cette scène aujourd’hui. Ce sera une magnifique danse entre les deux, avec de la musique… Il s’agit d’une relation des plus normales".

Puis le scénario idyllique va se briser. "Le film sera basé sur l’expérience de plusieurs personnes, issues de milieux différents, alors que la guerre commence à faire des victimes. Une couple qui aurait pu avoir une vie différente si la guerre n’avait pas eu lieu. Angelina Jolie comprend l’inquiétude des victimes. "On peut s’attendre à ce genre de réactions lorsque l’on fait un film qui traite d’un sujet si sensible et si récent. Il faut l’envisager aussi délicatement que possible".

Source : USA Today